>> ARCHIVESEn Janvier à L'Actée…

« Il me semble que nous sommes si loin les uns des autres… Essayons de nous rapprocher ; il commence à faire froid » Maurice Maeterlinck (Les Aveugles, spectacle qui sera donné en mars).


Vœux 2009


L’équipe de l’Actée-Théâtre vous souhaite une très bonne année et espère vous retrouver autour des spectacles de 2009.

…Et pour commencer l’année, une « délecte » (délicieuse lecture) :

> LES ANNÉES
de Annie Ernaux
Dimanche 11 janvier à 17 heures


Le dernier ouvrage d’Annie Ernaux (paru en 2008 chez Gallimard) sera lu par Germaine Vantusso du Théâtre de Poche du Pays-Haut (Longwy).
Annie Ernaux donne à ressentir le passage des années, de l’après-guerre à aujourd’hui, au travers de photos et de souvenirs laissés par les évènements, les mots, les choses.Ce n’est pas un récit à la première personne : l’auteur ne dit jamais « je », mais « elle », « on » ou « nous ». C’est le portrait d’une femme – elle-même – dans le contexte historique, social et politique d’une époque de profonde métamorphose. Une sorte d’autobiographie impersonnelle et collective qui permet à tous ceux qui ont traversé comme elle la seconde moitié du XXème siècle, de se retrouver.Elle s’en explique elle-même à la fin de l’ouvrage :«  Ce ne sera pas un travail de remémoration, tel qu’on l’entend généralement, visant à la mise en récit d’une vie, à une explication de soi. Elle ne regardera en elle-même que pour retrouver le monde, la mémoire et l’imaginaire des jours passés du monde, saisir le changement des idées, des croyances et de la sensibilité, la transformation des personnes et du sujet, qu’elle a connus et qui ne sont rien, auprès de ceux qu’auront connus sa petite-fille et tous les vivants en 2070. Traquer des sensations déjà là, encore sans nom, comme celle qui la fait écrire. »

« Le résultat est époustouflant. 1940-2007: la vie s'égrène, protéiforme, en autant de séquences que d'images. Au temps d'avant raconté (les guerres, la faim, le rutabaga, Pétain), succède celui d'hier, vécu, subi, jamais sublimé - elle n'apprécie guère le mot «passé». «Ça fait romantique, nostalgique. Le monde n'était pas mieux avant, il est en mutation, c'est tout.» La guerre en Indochine, Marcel Cerdan champion du monde de boxe, les premières Cocotte- Minute, le progrès pourvoyeur de bien-être, la loi de l'Eglise omnipotente, René Coty, la masturbation, Radio Luxembourg, Marie-Chantal et Tino Rossi, la mort de Staline, l'insurrection algérienne, Bonjour tristesse et les Platters.Encore une goulée? La gaucherie et l'ennui de l'adolescence, Simone de Beauvoir, le Planning familial, le Nouveau Roman, le «Québec libre», le mariage, les DS noires, Mai 68, la télévision omnivore, la douleur conjugale, les «jeunes de banlieue», le vote -malheureux - pour Laguiller, le désarroi devant le rejet de la transmission et le monde qui court... L'énumération est sans fin, chaque lecteur, chaque génération y puisera ses madeleines.La publicité, la presse, la télévision, le cinéma, les lieux, les gens, l'amour... Fascinante Annie Emaux, qui a tout observé, tout regardé, tout lu. Seuls, bizarrement, ses propres romans ne sont jamais évoqués. «Mais l'écriture est hors du temps, elle est abstraction du monde, de la vie», vous répond alors l'auteur, avec un drôle d'air, comme s'il s'agissait là d'une évidence. Ou trop intime peut-être. On avait quitté Annie Ernaux en grande phase d'introspection. On retrouve une anthropologue de première main. » (Marianne Payot – L’Express)

Tarif : 5 €
Durée : 1h 10

> Renseignements  : 03 82 24 58 41 ou actee-theatre@orange.fr <

contact | mentions légales | © L'Actée 2005-2008