>> ARCHIVESEn Avril 2010 à L'Actée…

> Mansarde à Paris
ou Les Détours Cioran

de Matéi Visniec

Jeudi 8 avril à 20h 30

Mise en scène : Radu Afrim (Roumanie)

Avec : Constantin Cojocaru, Andrei Elek, Elena Popa (Roumanie)
Marja-Leena Junker, Luc Schiltz, Marie Lune (Luxembourg)
Valéry Plancke (France)

Vidéo : Mihai Pacurar et Mihai Sibianu (Roumanie)
Lumière : Karim Saoudi (France)

 

Cette pièce est, d’après son auteur, une « rencontre subjective et imaginaire de Matéi Visniec avec le philosophe Emil Cioran ». Une pièce qui nous montre Cioran le personnage, le dandy du désespoir et grand styliste de la langue française, le penseur du 21 rue de l’Odéon…, au crépuscule de sa vie. Avec sa mémoire qui tombe en miettes, il risque même d’oublier « ce que la mort signifie ».

Au-delà des mots, le jeu des corps et l’utilisation de la vidéo sont essentiels pour créer un univers loufoque et décalé, comique et dérisoire, où la pensée du philosophe Cioran apparaît entre autres à travers les réponses tragi-comiques apportées à un étudiant suicidaire. Pas de longues tirades intellectuelles à attendre ! La pièce convainc grâce au jeu des acteurs, en particulier Constantin Cojocaru qui interprète un Emil Cioran drôle et émouvant. La fragilité de la condition humaine peut se dire de multiples façons et cette théâtralité visuelle aux limites de l’absurde en est une.

Radu Afrim a reçu le prix « Uniter » de la meilleure mise en scène en 2006 et 2007 en Roumanie.
Ce spectacle a reçu le prix du Festival Off 2008 à Avignon.

Une production Kulturfabrik Esch asbl en partenariat avec l’Institut Culturel Roumain, avec le soutien du CDN Thionville-Lorraine et la Fédération Luxembourgeoise des Théâtres Professionnels

> Renseignements  : 03 82 24 58 41 ou actee-theatre@orange.fr <

> Vendredi, jour de liberté
de Hugo Claus

Mercredi 28 avril à 20h 30

3e Délecte « flamande »
Mise en espace d’auteurs dramatiques flamands (projet transfrontalier)

Mise en scène : Lydie Ferry
Avec : Anne Brionne, Mélyssa Michel, Fabrizio Leva, Daniel Plier

Œuvre des années 60, « Vendredi » est un parfait exemple du naturalisme flamand.
Dans un milieu ouvrier de Flandre occidentale, un étrange ménage à trois est créé entre Georges qui vient d’être libéré de prison où il a été enfermé à cause d’une relation incestueuse avec sa fille Christiane, sa femme Jeanne et l’amant de cette dernière, Erik.
La construction narrative de la pièce est chronologique, avec pourtant une partie rêvée (sorte de flash-back).
Dans cet univers sordide, de nombreux thèmes sont abordés :
- Un incroyable sens de la dignité émane de ce ménage à trois traversé par l’amour, la jalousie qui va jusqu’à la menace de mort.
- Une rédemption improbable pour ce père rongé par la culpabilité de l’inceste. Il porte sa couronne d’épines comme le Christ, tout imprégnés de religiosité qu’ils sont tous.
- Avec la télévision omniprésente, l’alcoolisme au quotidien, le travail en usine, l’espoir est tout de même envisageable : un enfant vient de naître, fille de l’un, adoptée par l’autre.
La pièce se termine dans une sorte d’apaisement bienfaisant en route vers un bonheur possible.

Tarif unique : 5 euros

> Renseignements  : 03 82 24 58 41 ou actee-theatre@orange.fr <

contact | mentions légales | © L'Actée 2005-2008